L’histoire de Papooz aurait pu être très banale, simple, comme une rencontre entre deux personnes plutôt normales grattant de temps en temps quelques accords sur le manche de leurs guitares. Mais il n’est rien de cela…

À l’image de leur musique, l’histoire de Papooz est hors du commun, pleine d’espoir et rythmée par une joie de vivre débordante. Un conte musical, une aventure humaine portée par le destin fabuleux d’Armand et Ulysse, âmes et voix de ce duo dont les débuts remontent à l’année 2010.

A cette époque, Ulysse, grand brun élancé à l’allure d’un Neil Young période Buffalo Springfield, croise à Paris la route d’Armand, son aîné de quelques années. L’un aime la Bossa Nova, les classiques d’António Carlos Jobim et João Gilberto ; l’autre les monuments du Rock, la grandeur de la Folk Music. Des influences différentes qui ne les empêchent pas de partager un goût prononcé pour le « song writing » et de débuter leur collaboration. Ne disposant que d’une guitare chacun et de leurs voix, Ulysse et Armand composent leur premiers morceaux. Parfois décousues et encore fragiles, ces chansons portent cependant en elles les bases du futur style Papooz : un dialogue permanent entre les deux leaders, un partage parfait des rythmiques de guitare et surtout deux voix aux timbres si particuliers. Des moments musicaux de pure authenticité qu’ils capteront avec leurs premières « Garage Band Session », les enregistrements lo-fi guitare/voix de leurs morceaux les plus précoces réalisés dans une chambre de bonne reconvertie en studio pour l’occasion.

11702849_867005093353871_60438471782635338_n

Pure démarche DIY mais travail minutieux, voilà un peu ce qui résume l’esprit de Papooz. Ce souci du détail mais cette passion pour les choses faites maisons. Le groupe ne cache pas son affiliation à la scène Indie et cela se sent jusque dans leur son. De l’Indie Folk dynamisée à la Pop, et s’aventurant parfois vers une certaine forme de Soul et de Bossa Nova. Un nombre important d’influences, fruits de l’héritage musical des deux leaders, et sublimé par leur sens des l’harmonie et de la musique. Certains y retrouveront du Velvet Underground, d’autres du Daniel Johnson, d’autres encore du Byrds ou du Beach Boys… Papooz est intemporel et nous le fait savoir à sa manière, avec son talent d’écriture, des chansons fortes et des thèmes qu’ils y évoquent en plus.

On y parle de jeunesse, d’amour, de souvenirs révolus, de filles et d’avenir. Pas de mauvais spleen ni de contestation, la musique de Papooz est porteuse d’espoir et d’allégresse, et nous transporte dans les recoins les plus reculés de notre mémoire. Celle des premiers baisers, des aventures interdites, de l’enfance. A la manière d’un film de Wes Anderson, ce duo nous transmet cette volonté d’aller chercher nos souvenirs les plus agréables et parfois oubliés ; de tout un coup redevenir un enfant, de faire marche arrière jusqu’au temps de l’innocence.

Après un premier EP sorti en Janvier dernier qui regroupa quatre morceaux issus de leur « Garage Band Sessions », Papooz revient en ce début d’été (chaud) avec « Ann Wants To Dance ». Un titre résolument entêtant pour lequel le duo parisien a choisi de confier la réalisation du clip à Soko. On y découvre Armand et Ulysse déambulant dans des paysages grecs entourés d’une belle blonde à l’allure filiforme. Papooz met dans le mile et se hisse progressivement vers les hautes sphères l’Indie cool aux côtés de Mac De Marco ou encore Devendra Banhart, avec une élégance à la française.