Après les brillants Black Messiah de D’angelo et To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar, Devonté Hynes aka Blood Orange revient avec un nouvel opus intitulé Freetown Sound. Un troisième album déjà, une revendication de l’identité noire américaine, surtout. Sorti en réaction à l’assassinat de Freddie Gray, le disque est une ode à la black culture dans toute sa diversité : textes forts et engagés, Hynes clame sa vision de l’homme qu’il est, avec brio.

Outre son message fort, Freetown Sound détonne, principalement grâce à une production laquée, un vernis donnant au disque une une coloration toute particulière. Qu’on se le dise, la recette s’applique à tout l’album : un groove léché porté par de délicates nappes synthétiques…Le procédé pourrait certes paraitre redondant au premier abord, mais il n’en n’est rien, Freetown Sound regorge de titres efficaces et sensibles à la hauteur des meilleurs faits d’armes de Cupid Deluxe, précédent opus sorti en 2013. On retiendra dans notre escarcelle la douceur des refrains de  » Hands Up », « Chance », ou « Squash Squash », où la funk sucrée de « Désirée » empruntes aux tonalités de Toro y Moi. Le programme est riche, le disque l’est tout autant. Avec Freetown Sound, Devonté Hynes se hisse au rang des artistes afro-américain majeur de la décennie, et non des moindres.


Date de sortie : 28/06/2016 sur Domino / En écoute sur : Spotify