Formé des cendres de Smith Westerns et de transfuges d’Unknown Mortal Orchestra, Whitney impose un CV taille patron. Mais le septet de Chicago serait-il victime de la malédiction du supergroupe : efficace sur le papier, mais beaucoup moins lorsqu’il s’agit de transformer l’essai ?

L’écoute des 10 titres de « Light upon the Lake » ne peut que prouver le contraire. Après avoir lâché « No Matter Where We Go » , premier morceau il y a un an, Whitney impose aujourd’hui une pop folk veloutée qui puise sa source dans les plus belles racines de l’Americana. Pour meilleures cartes de visites, on citera « No Woman » ouverture acoustique et progressive, la fragile « Light Upon the Lake » ou l’indie country de « Follow ». En trente minutes montre en main, Whitney revisite à sa sauce la roots music américaine , de John Denver à Harry Nilson, en passant par Eliott Smith ou Fleet Foxes. Déjà dans notre best of 2016.


Date de sortie : 03/06/2016 sur Secretly Canadian / En écoute sur : Spotify