Born Bad Records

cheveu-groupe-doueh

Group Doueh & Cheveu • Dahkla Sahara Session (album écoute intégrale)

Group Doueh n’a pas attendu l’appel de Cheveu pour distiller aux yeux et oreilles du monde une musique traditionnelle méconnue aux accents psychédéliques et électrisants. La formation issue de Dahkla dans le Sahara occidental s’était déjà fait remarquer en enregistrant pour Sublime Frequencies, label de Seattle spécialisé dans les sorties qui explosent les frontières habituelles.

Dahkla Sahara Session n’est pas uniquement la rencontre de deux mondes (celui de Groupe Doueh et de Cheveu donc), c’est aussi leur confrontation perpétuelle pour accoucher d’un LP qui ne ressemble de près ou de loin à rien de ce que nous avons l’habitude d’écouter. Il serait bon ton de dire que le mélange de leurs deux univers s’est fait naturellement, c’est d’ailleurs peut être le cas, à vrai dire nous n’en savons rien. Cependant à l’écoute des 10 titres qui peuplent ce projet unique c’est un sentiment de violence et d’affrontement d’énergies qui nous secoue.

Il y a du bon dans l’affrontement, dans la vision de deux univers qui ne veulent pas faire de compromis mais accoucher ensemble d’un objet singulier. Il y a du respect et de la liberté lorsque l’on prend le temps d’écouter un morceau comme « Tout Droit ». Il y a surtout un voyage et des histoires qui se racontent et libre à vous d’y plonger.

forever-pavot-leboncoin

Forever Pavot • Le Bon Coin Forever

Emile Sornin, multi-instrumentiste de Forever Pavot, a parcouru les petites annonces du Bon Coin pour en dénicher les instruments rares et insolites de la région Poitou-Charentes. Parti à la rencontre de leurs détenteurs, Emile en a profité pour capturer les sonorités de ce matos peu conventionnel directement chez Claude et son épinette, Nicolas et son orgue à bouche ou David et sa guimbarde thaïlandaise. Derrière la mouture conceptuelle, un bébé de 9 instrumentaux aux accents baroques que le grand François de Roubaix n’aurait pas balancé avec l’eau de son bain. Les rencontres et les pérégrinations du Pavot dans le Poitou ont également donné lieu à un documentaire signé François-Xavier Richard et visible par ici.


Date de sortie : 26/02/2016 sur Born Bad Records / En écoute sur : Spotify / Bandcamp


6 | Born Bad Records

06 | 2015 : compilations d’utilité nationale par Born Bad Records

On ne va pas refaire les présentations avec le label de Romainville qui à chacune de ses sorties impressionne par son impératif d’excellence et sa régularité. En bientôt 10 ans d’existence, Born Bad Records s’est imposé comme le meilleur label rock en France. Entre têtes de gondoles historiques (Frustration, Cheveu, The Feeling Of Love…), rééditions audacieuses (Francis Bebey, Cha Cha Guitri), et compilations défricheuses du patrimoine national synth-wave (BIPPP, IVG – Futur Antérieur), punk (Paink – French Punk Anthems), ou protest jazz (Mobilisation Générale – Protest and Spirit Jazz from France), Jean-Baptiste Guillot a constitué un catalogue à la hauteur de son flair.

Deux compilations sorties cette année viennent parachever ce sentiment : le 3ème volume de la série « Wizzz », consacré à la pop française mal embouchée de la fin des 60’s et la très câblée « Chébran – French Boogie ».

Wizzz – French Psychorama 1966-1970 Vol. 3

En cette fin de période gaullienne trustée par les yéyés et la variétoche inoffensive, des artistes éphémères enregistrent des titres pop irrévérencieux, mal-peignés et à contre-courant préfigurant les années punk de la décennie suivante. Tricards des hit-parades, injustement oubliés de la pop-culture, l’histoire de ces recalés de l’industrie musicale devenus pour certains journaliste (Bernard Chabert), physicien (Evariste) ou expert en antiquités militaires (Long Chris) est relatée à travers cette compilation bourrée d’or. La compile de la France qui dit merde !

Chébran – French Boogie 1980​-​1985

Réaliser une compilation sur un genre musical qui n’en est pas vraiment un était déjà une performance en soit. La blinder de pépites tient de l’intervention divine. Au chant du cygne du disco et de la synth-wave apparait un funk franchouillard improbable et transitoire issu des influences de cette période charnière. Mi-parlé mi-chanté, celui-ci annonce la naissance du rap à venir. Synthés cheesy, paroles insolentes et effets pas possibles sont les signatures de ces titres « Chébran » sortis de nulle part pour faire claudiquer les dance-floors.

forever pavot

Band Of The Week + Avant-Première • Forever Pavot

Notre Band Of The Week est cette semaine l’oeuvre d’un songwritter qui ne se refuse rien, d’un chimiste de la pop, d’une imagination sans limite qui ne cesse d’inventer des mélodies labyrinthes dans lesquels on se perd avec délice. Forever Pavot s’apprête à sortir un nouveau 45 tours sur Croque Macadam et Requiem Pour Un Twister et celui-ci est en écoute toute la semaine exclusivement sur Shadazz.

Lorsque l’on a entendu pour la première fois le nom de Forever Pavot, celui-ci nous a donné l’impression d’avoir toujours été là, dans notre esprit, dans nos têtes. C’était il y a environ 6 mois et nous ne nous étions pour autant pas encore penché sur le cas de ce projet, de cette musique.

Forever Pavot est un projet qui a justement germé dans la tête d’Emile et pris forme il y a maintenant presque 4 ans. Faire l’expérience de  sa musique c’est plonger la tête la première dans un esprit fasciné de BO de film et de sons des 60’s. Pour autant, on ne saurait cantonner ses morceaux à ces deux influences tant à force d’invoquer les genres, Emile construit une musique singulière à la beauté simple et minérale et à l’architecture complexe et profonde.

La force de Forever Pavot est de construire des chansons sous forme de poupées russes, des chansons à tiroirs dans lesquelles viennent se cacher une ribambelle de mélodies qui décollent, s’enfuient, se marrent, reviennent et puis repartent. De mémoire, on ne voit pas de groupes français récents maniant avec tant d’habileté le mélange des styles.

Après deux 45 tours aux accents folks et psychédéliques sortis chez Frantic City et Sound Of Salvation c’est avec 3 nouveaux titres qu’Emile revient sur  Le Passeur d’Armes . Co-produit par l’équipe Croque Macadam et Requiem Pour Un Twister, ce troisième 45 tours semble être la dernière étape avant un premier album sur lequel nous plaçons beaucoup d’espoir. Il sortira le 16 Mai en 350 exemplaires et est déjà en pré-commande ici.

Nous sommes donc définitivement fiers de pouvoir vous faire écouter ces 3 titres en avant-première. Forever Pavot nous propose un voyage de près de 9mn aussi onirique que chevaleresque que vous auriez tort de vous refuser.

(Forever Pavot sera en concert aux côtés de Dorian Pimpernel et Julien Gasc au Point FMR le 16 Mai pour une triple release party orchestrée par Born Bad Records)

Dorian Pimpernel

Band Of The Week • Dorian Pimpernel

Tout commence il y a dix jours quand notre graphiste, ce bon vieux Victor H, poste sur Facebook le clip de « Ovlar E » avec la mention « Ça fait sept ans que j’attends l’album ». De qui ? Dorian Pimpernel… Inconnu. En même temps, il y a sept ans j’en avais seize et j’étais alors en pleine éducation musicale, à écouter et réécouter les classiques du Rock histoire de me faire une culture et une crédibilité.

La question essentielle était donc de savoir qui est Dorian Pimpernel ? A force de recherches sur le net, je me rends compte que même si le groupe n’a sorti qu’un album en 2006, Hollandia, sur un label japonais, puis un EP en 2013 il bénéficie d’une renommée étonnante et d’un respect quasi mythique de la part de ses pairs. La faute à ces sept années d’absence ? Aucune idée. Ce qui est sûr en revanche, c’est que le retour de la formation parisienne sur Born Bad Records avec un second album, Allombon, annoncé le 30 Mars prochain, va faire de Dorian Pimpernel une des figures phares de la nouvelle scène Psych-Pop française au même titre que Moodoïd, Orval Carlos Sibelius ou encore Aqua Serge.

Dorian Pimpernel délivre des balades psychédéliques aux teintes baroques créées par ce clavecin entêtant et mélodique qui nous rappelle les morceaux de Jacco Gardner ou encore des Beatles époque Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. Un univers musical qui dégage une classe rétro britannique et qui aurait pu faire office de bande originale d’Alice Au Pays Des Merveilles. Un style que Johan, iniateur du projet qualifie lui même de « Moonshine Pop » et que l’on retrouve sur leur EP, Teorama, sorti l’année dernière. Un petit côté freak et décalé, rattrapé par cet accent frenchy qui fait toute la force et l’authenticité de cette formation originale, venue d’une autre époque mais incroyablement moderne.