Cracki Records

17309733_638144299707980_6916696166946853524_n

Ménage à Trois • All Night Long

C’est avec le LP Australia Part III que Ménage à Trois s’apprête à finaliser sa trilogie océanique. Nul besoin de vous rappeler toute l’estime et tout l’amour que l’on porte à ce projet mancunien mais c’est avec plaisir que l’on découvre « All Night Long », nouveau morceau partagé par le groupe et son écurie Cracki Records. Un groove suave et retenu et des claviers une fois encore parfaitement ajustés donnent vie à près de 5mn de rythmes légers et rêveurs.

CAA_LP_FRONT_1500

Caandides • Zero (Première)

À l’échelle de notre petite existence, cela fait un bon bout de temps que l’on suit le projet Caandides et que l’on découvre avec plaisir et souvent beaucoup de surprises leurs différentes évolutions. Il faut dire que Before The Art sorti en 2012 (déjà !) nous avait sacrément emballé. 2016 signe le retour de la formation parisienne avec 20° 30′ S 29° 20′ W, premier album qui sortira sur Cracki Records le 05 février prochain.

C’est le single « Zero » que l’on te présente aujourd’hui. À l’image de l’album il est singulier, aventureux, aussi dansant que foutraque et il nous plaît beaucoup. Au grand jeu des comparaisons on ne s’y perdra donc pas tant Caandides n’a aucunement besoin de vous rappeler quoi que ce soit. On espère que tu sauras aussi prendre le temps d’apprécier tout ça et on te conseille fortement de te rendre aux Bains Douches à Paris le 24 février prochain pour la release party de l’album (entrée gratuite sur inscription).

Événement > http://on.fb.me/239QH11

CAA_LP_FRONT_1500

Los Porcos - Porco Mio

Los Porcos • Yes We Wanna Live

Ce n’est clairement pas l’article le plus facile à écrire mais c’est très surement un de ceux qui font le plus grand bien. Vendredi soir le temps s’est suspendu, la musique s’est arrêtée et tous les sourires ont disparu. Il n’y avait pas juste de l’inquiétude, oh non, il y avait de l’abasourdissement, de l’incompréhension, de la colère mais aussi une envie, irrémédiable, d’être avec ses proches, d’être avec les gens que l’on aime. Quatre jours plus tard au fond tous ces sentiments n’ont pas changé, comme si le temps se faisait un malin plaisir à ne pas suivre son cours, comme si le temps s’était décidé à ne jamais reprendre.

Des mots sont passés, beaucoup de mots, beaucoup d’images aussi. Ça a fait du bien, souvent mais ça nous a laissé avec beaucoup de questions aussi. Il suffit de tourner la tête à gauche pour recevoir l’ordre de ne rien changer, de continuer comme avant puis de la tourner à droite pour apercevoir le recueillement silencieux, ceux pour qui il est encore trop tôt.

Un peu perdu mais surtout encore trop embrouillé pour en parler sereinement et intelligiblement, on s’est raccroché à quelque chose qui a continué à nous emplir de bonheur, à nous faire vivre et même à nous décrocher un sourire durant ce long week-end, à nous rappeler comment c’était juste avant et surtout comment l’on souhaite que ce soit juste après. Alors c’est avec une pensée, forte, émue, énorme pour l’ensemble des personnes qui sont tombées vendredi soir, leurs proches et leurs familles qu’on a remis les enceintes pour danser, fredonner, gueuler et sourire sur le dernier EP de Los Porcos.

Parce que oui, l’alliance « londo-mancunienne » vient de sortir un EP sur un de nos labels favoris, Cracki Records, et c’est une de ces sorties que l’on chérit et que l’on se repasse calmement en boucle. Cinq titres qui au fond, pour ceux qui suivent les aventures de ce projet depuis de longs mois, n’annoncent rien de complétement nouveau sous le soleil (bien que parfaitement retravaillés ils avaient déjà été partagé par la formation sur les deux dernières années) mais rappellent avec simplicité et sincérité les qualités d’écriture et la fraicheur de ces sept anglais qui poussent l’indépendance artistique dans ses retranchements les plus agréables.

C’était, comme beaucoup, quelques semaines avant le Midi Festival 2013 que nous avions découvert « Do You Wanna Live », tube absolu (d’ailleurs nommé cette année là par nos soins « single de l’année ») que l’on croyait, un peu à tort, directement construit sur les cendres de WU LYF. Une prestation live plus tard, en plein après-midi et ponctuée par une communion autour d’un drapeau de l’Olympique de Marseille, nous étions définitivement tombés dans l’escarcelle de la New Pork City. On guettait alors la sortie du moindre morceau qui de « Disco Gangster » à la somptueuse ballade romantique « Member » ne nous décevait jamais. Et puis l’explosion du collectif sous divers projets (FAMY, Ménage à Trois, Francis Lung ou encore Dream Lovers) nous permettait de comprendre et apprécier petit à petit les divers enchevêtrements d’une bande d’heureux branleurs qui tapait juste à chaque fois.

Los Porcos 4

Et puis, et puis le temps s’est allongé entre chaque sortie, les différents projets parallèles ont abouti sur des EP, des LP et Los Porcos sont eux restés en retrait, s’amusant à publier des photos de cochons, des montages aussi juvéniles qu’hilares et des produits dérivés inutilement indispensables. Jusqu’à ce que Cracki Records y penche le bout de son nez.

À dire vrai, on ne pouvait espérer meilleur label pour sortir quelque chose de cette porcherie tant le travaille de cette structuro franco-danoise laisse de la place aux projets singuliers et à la vision initiale de l’artiste. Voilà donc que Porco Mio est sorti, en digital uniquement pour le moment, et que nous avons pu plonger une nouvelle fois, les yeux fermés, dans une musique singulière et heureuse.


Écouter la mixtape que Los Porcos nous avait concocté il y a un an :


D’une introduction instrumentale « Porc Noise Complaint » à l’explosion, en ces temps évocatrice, « Do You Wanna Live » Los Porcos nous prend par la main et nous fait sourire le plus simplement du monde : grâce à une musique innocente et sacrément cool. Petit sommet de cet EP (on ne compte plus « Do You Wanna Live » tant il nous accompagne depuis 2 ans déjà), le troisième titre « Jone’s Disco » fait partie de ces tubes que l’on gueule dès la première écoute.

Alors maintenant, si l’on a plus qu’à espérer que ces Porcos se retrouvent un peu plus souvent ensemble pour composer et tourner (le groupe fonctionne comme un cocon à participation libre dans lequel chaque membre peut seul ou à plusieurs enregistrer et partager ses compositions) on est surtout heureux de voir de tels projets fonctionner et accoucher de temps à autre d’imparables et d’inclassables tubes.

LONGUE VIE À LA NEW PORK CITY LES AMIS.


EP en écoute en intégralité ci-dessous :

L’EP Porco Mio s’achète par ici.

New Pork City se découvre par là.


losporcos

MA3

Ménage à Trois • Deuxième plongée d’une pop sous-marine

Il y a quelques jours sortait Australia Part II, nouvelle production en court format du quatuor romantique Ménage à Trois. Sorti une fois encore sur l’écurie Cracki Records, et relativement peu de temps après l’Australia Part I, ce nouvel EP fait emprunter aux mancuniens aquatiques de nouveaux chemins qui ouvrent des horizons solaires moins hermétiques mais tout aussi probes et authentiques. L’occasion de se repencher sur un groupe à la démarche aussi unique qu’insaisissable et de questionner Joseph, membre du groupe, sur cette évolution.

Australia Part I nous avait laissé il y a quelques mois enivré d’un étrange sentiment oscillant entre l’admiration et l’inquiétude. L’admiration du choix minimaliste d’une pop aux accents rnb ne ressemblant de près à rien de ce à quoi nous étions habitué et l’inquiétude de ne pas retrouver directement le groove humide d’une première mixtape balancée sur bandcamp à l’arrache et sous la forme d’un album déguisé quelques mois auparavant. Pourtant, en prenant le partie d’affiner au plus près son identité romantico-océanique à travers des rythmiques lancinantes et un down-tempo mélancolique Ménage à Trois préparait le terrain en sous-marin d’une véritable suite à cet effort singulier. Accompagné d’un label et d’une équipe de qualité qui plutôt que de se presser à chercher un single se garde le temps de comprendre ses artistes, le groupe a fait évoluer tout doucement sa musique pour finalement dévoiler un nouveau 5-titres au rayonnement sincère.

Lorsque l’on questionne Joseph sur ce deuxième EP, la continuité de la démarche transparait comme l’élément essentiel du processus créatif du groupe : « l’enregistrement de ce second EP s’est déroulé globalement comme celui d’Australia Part I. Nous avons enregistré l’intégralité des morceaux directement sur mon ordinateur. » Pas si étonnant alors de ressentir à l’écoute de cette Part II la sensation d’un premier aboutissement pour un groupe dont la fragilité et l’émotivité transpirent même par mp3. Le travail de mixage a pourtant lui était modifié et laissé cette-fois si entre de nouvelles mains : « j’aime beaucoup la façon dont Alain, du Studio 33 Rec à traiter le 4ème morceau de l’EP « Monument ». ». Un studio qui a déjà vu passer entre ses mais Isaac Delusion ou encore l’Impératrice. De là à desceller la touche Cracki il n’y a qu’un peu que nous sautons allégrement.

ménage à trois

Enfin, en prenant le temps de se pencher individuellement sur chaque morceau, cet Australia Part II nous transporte par le groove familier de « Bobby’s Prism » mais surtout par les nappes atmosphérique qui viennent mettre magnifiquement en relief les parties vocales sur « Monument» et « Be Right Back ». Ce dernier s’accapare d’ailleurs à la fois le rôle du membre imprévu et de la douce surprise : « Initialement un autre dernier morceau était prévu. Il n’a pas pu sortir pour des questions de problèmes hasardeux de droits d’auteur. « Be Right Back » est un morceau qui sortait un peu de nul part. Nous l’avions joué au Midi Festival et les retours avaient été excellents. On s’est dit que ça serait du coup notre nouvelle last track. Et puis le titre est un joli clin d’œil pour la suite ».

Une suite qui jouera cette-fois sur le terrain du long format et qu’on est déjà impatient d’écouter tant Ménage à Trois nous plonge de morceaux en morceaux dans les affres d’un songe aquatique aussi surprenant qu’agréable.

 


MACKI FESTIVAL

Pour information : le groupe se produira le Samedi 26 novembre à Paris dans le cadre du Macki Festival. Évènement organisé par les collectifs Cracki et La Mamie’s et conviant également Syracuse, Silk Rhodes ou encore Floating Points.

Tickets


Caandides

Caandides • Winter XIII

Près de trois ans après Before The Art, Caandides annonce son retour à l’Automne prochain avec un premier album. Et c’est sur le label Cracki Records que sortira ce LP dont nous découvrons un extrait avec « Winter XIII » et son clip d’animation en 3D réalisé par Florent Cornier. On y retrouve le son originel de la formation parisienne qui nous avait séduit à l’époque, rythmiques électroniques et tropicales mêlées à ce chant si original. A retrouver en concert au Macki Music Festival le 26 septembre.
 

shadazz_tape_menagetrois650x650

Mixtape #024 • Ménage à Trois

Pour ceux qui suivent la plateforme depuis quelques temps déjà, on ne vous apprendra rien en vous disant que notre amour pour Ménage à Trois dure et n’est pas prêt de s’estomper. Ménage à Trois représente une frange inclassable d’un pan de la musique pop et indie actuelle. Il n’est pas question de scène ou de genre particulier mais d’un collectif qui navigue entre et sur plusieurs projets (de Los Porcos à Famy en passant aussi par Dream Lovers) et qui partage une démarche singulière entre DIY, amour, kitsch assumé, sensibilité et partage. Mis les uns à la suite des autres, ces mots, ces concepts forment un tout bien moins cliché et bien plus rafraichissant qu’il n’y parait. Et puis il faut également parler de musique bien entendu. Celle de Ménage à Trois est sans frontière. Parfois uniquement instrumentale, parfois portée par une voix d’une incroyable douceur, toujours pleine de chaleur et finement construite.

Il y a quelques mois, le groupe tapait dans l’oeil du label qu’il leur fallait – la vie est bien faite tout de même – Cracki Records. Un label prêt à les laisser s’exprimer et montrer à tous de quoi cette formation est capable. Il en a accouché un premier EP officiel intitulé Australia Part 1 et naturellement très bon. La musique de Ménage à Trois ne court pas les rues, entre RnB, Pop et expérimentations électroniques et c’est pour cette raison que cette mixtape singulière aura de quoi vous surprendre mais surtout vous charmer.

Nous suivre sur Soundcloud : par ici.

TRACKLIST

Tracklist non disponible car nombreuses pistes exclusives. N’hésitez pas à demander les track ID en commentaire sur soundcloud.

Waldo & Marsha

Waldo & Marsha • You’re The Woman I Desire

Cousin germain de Schultz & Forever, Waldo & Marsha nous offre une nouvelle fois la vision de ce qu’est la Psych-Pop au Danemark en 2015. « You’re The Woman I Desire » résonne comme les prémisses d’un EP qui sortira début Mars au Danemark ; côté français, rien d’encore confirmé, mais on ne saurait pas étonné de le voir s’ajouter au catalogue de Cracki Records, désormais reconnu pour leur talent en terme de dénicheur de talents danois.

Isaac Delusion - Mixtape

Mixtape #012 • Isaac Delusion

On se rappelle encore quand, il y a près de deux ans et demi maintenant, les premières notes de « Midnight Sun » ont traversé nos enceintes. Les répétitions frénétiques de ce « Tu », les vibrations organiques de cette basse et la découverte de la voix, si étrange, de Loïc. En un morceau, c’est tout l’univers d’Isaac Delusion qui nous submergeait et s’apprêtait à ne plus nous lâcher, à nous coller à la peau, aux oreilles. Le groupe de l’écurie Cracki Records séduit rapidement les fans inconditionnés d’Indie mais aussi le grand public, comme si leur musique dégageait quelque chose d’universel.

Une universalité que l’on retrouve dans leur second EP, Early Morning, qui paraît à l’Automne 2012, et qui leur permettra de dépasser les frontières du territoire français: une tournée en Inde, aux Etats-Unis et une reconnaissance grandissante sur la scène Indie internationale gagnée entre autre grâce à la qualité de leur style mais aussi grâce à leur multiples influences. D’Elliot Smith à Neil Young en passant par Bonobo ou Gang Starr, Isaac Delusion est un vrai « melting pop » musical où une sorte d’onirisme musical vient se mêler avec perfection au groove et à la poésie de chaque morceau. Un style spatial, lunaire qui, une nouvelle fois, vient transcender les limites de la scène Pop française et du jugements des leaders d’opinion avec « Children Of The Night » et « She Pretends », extraits du premier album éponyme d’Isaac Delusion qui paraîtra le 2 Juin prochain sur Cracki Records.

A l’occasion de cette sortie, nous avons demandé au quatuor parisien de se charger d’une de nos mixtapes. On ne vous cachera pas qu’on a pas mal galéré à l’avoir et qu’il nous a fallu plusieurs mois d’acharnement pour vous avoir ce mix exclusif; le premier qu’Isaac Delusion réalise depuis ses débuts. Loïc, Jules, Nicolas et Bastien nous livrent une sélection d’une trentaine de minutes à notre image, où du Mac DeMarco vient côtoyer Unknown Mortal OchestraMelody’s Echo ChamberChad VanGaalenShlohmo et James Holden. Bref, un bien beau cadeau que nous offre aujourd’hui Isaac Delusion et que nous sommes très fiers de pouvoir publier. Bonne écoute à tous les « enfants de la nuit »…

Isaac Delusion sera en DJ set au Point Ephémère le mercredi 21 Mai dans le cadre de la soirée de promotion du festival Vie Sauvage. En live le 10 Juin à La Gaîté Lyrique pour la release party de leur album et au Macki Music Festival début Juillet.

Nous suivre sur Soundcloud : par ici

TRACKLIST

Shlohmo • Seriously


STRFKR • Say To You


Portico Quartet • Line (SBTRKT remix)


Susheela Raman • Maya


James Holden • Caterpillar’s Intervention


Sisyphus • Lion’s Share


Bath • Lovely Bloodflow


Sinake • Warm Spell


Unknown Mortal Orchestra • From The Sun


Melody’s Echo Chamber • Bisous Magique


Chad VanGaalen • Cries Of The Dead


Foating Action • Say Goodbye


Mac DeMarco • Go Easy