gone with the weed

14322384_1165554966847875_1455571985761509420_n

GWTW Party w/ Téléphérique & Beekeepers (Jeu-concours)

La rentrée se fait avec Gone With The Weed ce samedi 24 septembre à la Mécanique Ondulatoire à Paris. Pour l’occasion le crew-label convie Téléphérique pour son tout premier show. Si vous êtes habitués de ces pages, le projet ne vous sera pas étranger. Sinon, on vous conseille fortement d’écouter son album éponyme ci-dessous et dont nous avions assurés l’avant-première. Une micro-pop parfaitement bricolée.

À ses côtés se produiront Beekeepers tout droit venus de Californie pour balancer une noise pleine de synthétiseur qui d’après les rumeurs n’est pas du genre à se dégonfler en live. Enfin, P.U.F.F amène son punk sans compromis qui pousse les influences de Suicide dans leurs derniers retranchements.


On t’offre 2 places mon vieux, si tu nous écris un bon « GWTW » à l’adresse suivante : contact.shadazz@gmail.com. Un truc pas bien compliqué en somme.


Album de Téléphérique en écoute ci-dessous

GWTW

Gone With The Weed X Gnar Tapes • Playlist + Places à gagner

Le week-end prochain, le collectif Gone With The Weed prend d’assault La Mécanique Ondulatoire pour deux soirées labélisées Gnar Tapes. On vous en dit un peu plus (et l’on vous conseille fortement de vous y rendre).

Gone With The Weed (GWTW pour les intimes) est, pour ceux qui ne les connaissent pas encore, une joyeuse bande d’hyper-actifs basée à Paris. Construit sur les cendres d’un blog pour devenir tout à la fois label et promoteur de soirée, le crew s’est dès ses débuts spécialisé dans les sorties cassettes de groupes aux influences garages et surtout indépendantes au sens le plus noble (et donc le plus littéral) du terme.

Gnar Tapes pourrait presque s’imaginer comme un parfait  pendant américain sauce  west coast du collectif parisien. Fondé en 2008 à Portland, le label entretient une démarche aussi singulière que rafraichissante : sans se chercher de fonction unique mais en multipliant les projets autour de ses têtes créatives White Fang & The Memories pour les plus célèbres.

Autant dire qu’une soirée Gnar Tapes en terre hexagonale ne pouvait être montée que par les larrons de Gone With The Weed. Vendredi 10 et Samedi 11 juin verront donc les concert se multiplier à La Mécanique Ondulatoire. Autour donc de White Fang et de The Memories (qui partagent déjà de nombreuses choses) se retrouveront les side-projects Unkle Funkle et Free Weed. CC Dust et les locaux du Villejuif Underground viendront compléter le line-up.


En nous transmettant un petit mail à contact.shadazz@gmail.com avec un truc comme « GWTW » en objet et bien tu cours la chance de gagner 2 pass week-end. C’est à dire 2 accès pour te faire les deux soirées. C’est à dire un putain de week-end.


Sinon pour plus d’infos ou simplement plus de sécurité et donc un achat de place (tu as le droit d’en avoir marre de laisser le hasard te dicter ton week-end) c’est ci-dessous :

Évenèment Facebook

Liens pour acheter des places

Et enfin, tout ça valait bien une playlist, histoire de te faire comprendre que ce week-end, ça se passe à La Mécanique Ondulatoire :

11705408_886931468062102_355120547421731944_o

VAGUE • L’élégance autrichienne

C’est une époque géniale que nous vivons. Géniale mais parfois aussi foutrement bordélique. Une époque où n’importe qui est capable d’apposer une bonne dizaines du superlatifs sur le moindre morceau mais une époque où personne n’est capable de définir proprement et précisément le genre musical du moindre groupe indépendant qui pointe le bout de son nez. Pourquoi ? Surement tout simplement car tout cela à perdu de son sens en même temps que la critique musicale ou encore que l’explosion des clics sur Youtube et autres plateformes de streaming. Un débat qui peut s’attraper par une bonne vingtaine de bouts différents mais que nous n’aborderons pas ici. Non, toute cette introduction nous sert simplement à vous présenter notre découverte, il y a relativement peu de temps, du groupe autrichien VAGUE.

C’est le terme post-punk qui nous a d’abord sauté à la gueule lors des premières recherches Google sur la formation. Quiconque s’est déjà penché sur l’écoute d’un groupe estampillé post-punk devrait le savoir, c’est un gage bordélique d’une musique insaisissable. En gros un genre initialement précis qui a été repris pour tout et n’importe quoi jusqu’à finalement ne former plus qu’une masse disparate de sonorités qui n’ont que peu de points communs. La musique de VAGUE elle est à l’extrême opposé : précise, fine, calibrée et d’une classe folle.

Signé sur la très bonne structure Siluh Records (très bonne même si on attend toujours les réponses à nos questions envoyées innocemment par mail pour nourrir cet article) qui compte notamment dans ses rangs les joyeux Mile Me Deaf, VAGUE construit ses mélodies autour d’un jeu de guitare d’une apparente simplicité et d’une précision qui nous laisse imaginer, souvent à tord, que ces chansons ont toujours fait partie de notre bibliothèque personnelle. Il n’y a qu’à écouter « Nothing Again » tiré de leur dernier album pour s’en convaincre :

Leur dernier EP de 5 titres, Tempdays est une merveille pop empruntant la classe des débuts de New Order pour y apposer un voile plus mélancolique que romantique qui laisse l’auditeur se perdre dans la profondeur des guitares qui résonnent comme autant de complaintes étouffées qu’on se plait à attraper. Discret dans les médias et encore relativement trop peu connu (comme une bonne partie de cette scène qui bouge Vienne), VAGUE cultive également une élégance visuelle que peu de groupes peuvent revendiquer aujourd’hui. Il n’y a qu’à suivre leur tournée à travers les photos divulguées fréquemment par le groupe sur  les réseaux sociaux pour rentrer dans un univers artistique singulier à l’heure du délire trash-cool qui touche bon nombre de formation et leur communication.

Finalement, quelques morceaux et visuels devraient finir par vous convaincre de suivre ce groupe qu’on a découvert bien trop tard mais qu’on se promet de ne pas lâcher de si tôt. Aussi, et c’est bien là peut être le plus important, le collectif Gone With The Weed a eu la bon goût et l’excellente idée de les convier à Paris, à l’Espace B pour un concert le vendredi 25 septembre. Informations et places à gagner ci-dessous.


11728718_886931591395423_1634777497877731786_o
11149713_820709528017630_2706884788628243944_o
12017724_917285978359984_2219434844756901066_o


Gone With The Weed invite vendredi 25 septembre 2015 à l’Espace B à Paris VAGUE et les géniaux Os Noctambulos. Pour l’occasion nous faisons gagner 2 places.

Pour participer au jeu-concours il te suffit d’envoyer ton nom à l’adresse suivant : contact.shadazz@gmail.com. Merci de préciser « Vague » en objet histoire que ça se perde pas dans le bordel des spams et autres mails promotionnels.

Sinon tu peux acheter ta place par ici
Event Facebook par là
Suivre Gone With The Weed sur cette page


Téléphérique

Avant-Première : Téléphérique • Téléphérique

Mais qui est donc Téléphérique ? Tout ce que l’on peut vous dire c’est que ce projet n’est pas tout neuf. C’est après quelques discussions et beaucoup d’abnégation que les activistes de Gone With The Weed ont réussi à convaincre le compositeur qui se cache derrière le projet de sortir ces morceaux qui ont tous été enregistré entre 2010 et 2011, donc il y a 5 ans déjà pour certains. Dès les premières notes, ces titres vous rappelleront la veine punk synthétique de La Souris Déglinguée ou plus récemment les feux SOS Mademoiselle dans leur versant minimaliste. En seulement 9 morceaux, Téléphérique réussit  à varier un répertoire qui passe par la power-pop sous speed (« Rien A Perdre ») sans renier de véritables racines punk (« Danse En France » par exemple). Innocent  sans que l’on sache vraiment si c’est joué ou non, cet LP regorge de petites merveilles qui s’apprécient brutes. L’excellent dernier titre « 02:44 » clôt l’ensemble à merveille.

Concernant la sortie de ce belle objet sous format cassette, ça se passe le 10 Mai mais c’est déjà en pré-commande sur le bandcamp accessible ci-dessous. On vous conseille également de rester informé du côté de la page facebook de Gone With The Weed, ça vous évitera par la même de louper de supers concerts : par ici.