On ne va pas refaire les présentations avec le label de Romainville qui à chacune de ses sorties impressionne par son impératif d’excellence et sa régularité. En bientôt 10 ans d’existence, Born Bad Records s’est imposé comme le meilleur label rock en France. Entre têtes de gondoles historiques (Frustration, Cheveu, The Feeling Of Love…), rééditions audacieuses (Francis Bebey, Cha Cha Guitri), et compilations défricheuses du patrimoine national synth-wave (BIPPP, IVG – Futur Antérieur), punk (Paink – French Punk Anthems), ou protest jazz (Mobilisation Générale – Protest and Spirit Jazz from France), Jean-Baptiste Guillot a constitué un catalogue à la hauteur de son flair.

Deux compilations sorties cette année viennent parachever ce sentiment : le 3ème volume de la série « Wizzz », consacré à la pop française mal embouchée de la fin des 60’s et la très câblée « Chébran – French Boogie ».

Wizzz – French Psychorama 1966-1970 Vol. 3

En cette fin de période gaullienne trustée par les yéyés et la variétoche inoffensive, des artistes éphémères enregistrent des titres pop irrévérencieux, mal-peignés et à contre-courant préfigurant les années punk de la décennie suivante. Tricards des hit-parades, injustement oubliés de la pop-culture, l’histoire de ces recalés de l’industrie musicale devenus pour certains journaliste (Bernard Chabert), physicien (Evariste) ou expert en antiquités militaires (Long Chris) est relatée à travers cette compilation bourrée d’or. La compile de la France qui dit merde !

Chébran – French Boogie 1980​-​1985

Réaliser une compilation sur un genre musical qui n’en est pas vraiment un était déjà une performance en soit. La blinder de pépites tient de l’intervention divine. Au chant du cygne du disco et de la synth-wave apparait un funk franchouillard improbable et transitoire issu des influences de cette période charnière. Mi-parlé mi-chanté, celui-ci annonce la naissance du rap à venir. Synthés cheesy, paroles insolentes et effets pas possibles sont les signatures de ces titres « Chébran » sortis de nulle part pour faire claudiquer les dance-floors.